N'aie pas honte de tes échecs passés
Inspiration Psycho

N’aie pas honte de tes échecs passés

Tu as l’impression que ta vie file à toute vitesse et que rien ne change jamais vraiment ? Vérifie ces 10 points et dis-moi lequel te fait défaut.

Ne laisse pas l’opinion des autres contrôler ta vie
N’aie pas honte de tes échecs passés
Sois sûr·e de ce que tu veux
Arrête de repousser les buts qui sont importants pour toi
Choisis, tout le temps
Tu n’as pas besoin d’avoir toujours raison
Ne fuis pas les problèmes que tu pourrais résoudre
Ne trouve pas d’excuse, prends des décisions
Repère les points positifs dans ta vie
Apprécie le moment présent

N’aie pas honte de tes échecs passés

– Ton passé n’est pas ton futur –
– Tout ce qui importe est ce que tu fais là, maintenant –

N’aie pas honte.

Facile à dire, non ? Un peu plus difficile à mettre en application.

La honte n’est pas quelque chose que l’on apprend à surmonter depuis tout petit. Bien au contraire. La honte a souvent été employée pour te manipuler, et ce depuis ta plus tendre enfance :

« Qu’est-ce que t’as fait là ? C’est pas beaaaau ! » – Version couche-culotte

« T’as vu sa dégaine à celle-là ? La te-hon » – Version lycée

**Clown qui tombe** « ha ha ha ha ha ha » – Version cirque

Tu l’auras compris, la honte est omniprésente. Voilà pourquoi on a souvent l’impression qu’elle est insurmontable. Et pourtant… pourtant, il est possible de modifier ses pensées afin de ne plus ressentir cette honte.

A partir d’aujourd’hui, lorsque tu échoueras ou lorsque tu repenseras à tes échecs passés, arbore-les avec fierté, et continue ta vie !

 

Comment on fait ça, M’dame ?

On apprend à surmonter la honte, petit à petit :

1. Identifie la honte et transforme-la

Identifie où se situe la honte dans ton corps. Est-ce que ton visage chauffe, ton cœur se serre, ton ventre se retourne…? Ressens cette sensation dans ton corps, et au lieu de vouloir la cacher, accepte-la avec bienveillance.

Puis expulse-la hors de toi : trouve une personne avec laquelle tu peux parler librement de ta honte, de façon respectueuse ; cette personne peut être un·e ami·e, un·e psy, une communauté (en ligne par exemple)…

2. Trouve tes déclencheurs et modifie ta perception des choses

Une fois que tu sais comment gérer la honte lorsqu’elle se présente à toi, tu peux commencer à travailler sur ce qui la provoque. Quels sont les déclencheurs les plus fréquents qui induisent en toi une honte instantanée ? Quels événements de ta vie caches-tu aux autres parce que tu en as honte ?

Une fois que tu as repéré les comportements et événements qui déclenchent un sentiment de honte chez toi, creuse un peu plus loin : quelles angoisses se cachent sous la honte ? De quoi as-tu réellement peur ?

Enfin, demande-toi comment tu pourrais voir les choses différemment. Que dirais-tu à un·e ami·e qui viendrait se confier à toi à ce sujet ?

Par exemple, j’ai souvent eu honte de pleurer au travail. J’ai réalisé que j’avais peur de passer pour quelqu’un d’incompétent alors que je suis simplement une personne sensible capable de pleurer devant une publicité. En reconnaissant ceci, j’ai expliqué à mes collègues que le fait que je pleure ne changeait rien à ma compétence, ce dont ils ne doutaient absolument pas. J’ai alors réussi petit à petit à me laisser aller sans honte, puisque la peur d’être jugée avait disparu.

3. Accepte-toi entièrement

Tu peux ressentir de la honte parce que tu es embarrassé·e : par un aspect de toi-même, par ta situation ou par tes comportements. Lorsque tu apprends à t’aimer entièrement (pour le bon comme pour le mauvais), tu arrêtes de te juger.

On a tous en soi a une part que l’on adore, et une part sombre que l’on n’apprécie pas. Tout le monde est fait comme ça. Sache que chaque aspect de toi, chaque aspect de chacun, même l’aspect le plus sombre, a une raison d’être.

Par exemple, je suis plus égoïste que ce que j’aimerais être. J’ai eu honte de ce trait de caractère, parce que j’aimerais aider tout le monde et être présente telle Mère Teresa, mais au lieu de ça, je pense à moi avant tout. C’est un comportement que j’ai développé lors de mon enfance, afin de moins me sentir délaissée. Bien que je me le sois caché à moi-même par honte, aujourd’hui j’aime mon côté égoïste parce que je sais qu’il est là pour essayer de m’aider.

Ton exercice : pense à ta plus belle qualité et à ton plus gros défaut. Puis, réfléchis à la manière dont ces deux traits de caractère t’ont aidé·e, de quelque manière que ce soit.

4. Fais-toi aider

Comme je l’ai dit plus haut, la honte est omniprésente et fait partie de tous les aspects de la vie. Tu peux te sentir seul·e, rejeté·e, avoir des problèmes de communication dans ton couple ou au travail, être coincé·e dans une situation particulière, te sentir perdu·e ou avoir peur de suivre tes rêves… quoi qu’il en soit, la honte s’installe dans chacun de ces domaines.

Transformer la honte est parfois un processus compliqué à réaliser tout·e seul·e. Si tu ressens le besoin d’être aidé·e pour creuser plus profondément, n’hésite pas à faire appel à un·e professionnel·le : coach de vie, psychiatre, psychologue…

★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★
 

Cet article t’a plu ? Rejoins-moi sur les réseaux sociaux :
>> Facebook • Instagram • Twitter • Pinterest <<

Elina
 

INSCRIS-TOI À LA NEWSLETTER

Et reçois en cadeau le défi #28jourspoursaimer

2 phases de 28 jours pour te remettre sur le chemin du bonheur

JE VEUX RECEVOIR LA NEWSLETTER

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *