Dois-je changer de travail ?
Inspiration Psycho

9 raisons de changer de travail, et comment s’y prendre

« Dois-je changer de travail ? »

Tu te poses souvent cette question ? J’ai répertorié pour toi les 9 raisons les plus communes pour lesquelles on a envie de changer de travail, et je te donne quelques astuces pour te décider et tirer le meilleur parti de ton hésitation.

 

Pourquoi a-t-on envie de changer de travail ?

Voici une liste des 9 raisons principales pour lesquelles on peut avoir envie de changer de travail :

  1. On s’ennuie
  2. On n’aime pas le métier que l’on fait
  3. On n’aime pas l’environnement :
    • Le lieu de travail / de vie
    • La morale de l’entreprise
    • Le(s) collègue(s)
    • Le(s) patron(s)
    • La pression que l’on subit ou que l’on s’impose
  4. On est sous-payé·e
  5. On manque de perspective d’évolution
  6. On manque de reconnaissance
  7. On est incertain quant à l’avenir de l’entreprise dans laquelle on travaille
  8. On travaille dans cette entreprise depuis plus longtemps que tous les autres salariés (ce qui peut être un problème pour notre future employabilité)
  9. On veut privilégier sa vie personnelle

 

Je t’invite à lister toutes ces raisons, afin de savoir si elles te correspondent ou pas. Ensuite, il est temps de faire le point…

9 raisons de changer de travail

 

Faire le point sur les possibilités de changer les choses

Lorsque tu connais enfin toutes les raisons pour lesquelles tu envisages de quitter ton emploi, il est temps de faire le point, sérieusement, sur chaque argument. Il est tout à fait possible de régler chacun de ces points sans pour autant quitter son emploi actuel.

Voici quelques exemples :

► Tu estimes être sous-payé·e :

  1. Réclame une augmentation
    Ça peut paraître bête, mais il y a énormément de personnes qui réfléchissent à s’en aller pour la simple raison qu’elles sont sous-payées, alors qu’elles n’ont jamais réclamé d’augmentation.
    Je sais que l’on préférerait tous être augmentés naturellement, que notre patron reconnaisse notre valeur et nous donne plus d’argent parce qu’on le mérite et qu’il l’a vu. Mais dans la réalité, ça ne se passe pas toujours comme ça. Et si on ne rappelle pas à notre boss la valeur que l’on apporte à son entreprise, il a tendance à nous oublier.
    Alors, le plus simple avant de tout plaquer, est d’abord de demander un entretien avec son supérieur, afin de réclamer une augmentation. Tu as un N+1 qui ne peut pas prendre ce genre de décision, et qui te promet de parler de ta demande au patron sans jamais le faire ? Alors, prends les devants, et demande à rencontrer le patron en personne afin de lui présenter ta demande.
    C’est quand même plus simple que de partir, non ?
  2. Pèse le pour et le contre
    Reprends la liste des raisons pour lesquelles on a envie de quitter son emploi, et réfléchis quelques minutes à ce qui est le plus important pour toi. Par exemple, tu es sous-payé·e, mais tu as des horaires flexibles, et ton lieu de travail se situe à 10mn de chez toi, ce qui te permet de te consacrer à ta vie personnelle sans soucis. De plus, ton boss t’autorise souvent à partir plus tôt pour aller récupérer un enfant malade, ou pour t’occuper de ta voiture en panne.
    Pèse maintenant le pour et le contre : qu’est-ce qui est le plus important pour toi ? Obtenir ton augmentation tant rêvée de 50-100 €, ou être libre de gérer ton emploi du temps comme tu le souhaites ?

 

► Tu manques de reconnaissance :

  1. Effectue un travail sur toi afin de ne plus prendre personnellement les choses
    Consulte un·e psychologue, fais appel à un·e coach… Tu manques très certainement d’estime de toi, et tu as besoin d’améliorer ce point, sinon, tu risques de te retrouver dans ce genre de situation éternellement.
  2. Engage la discussion avec tes supérieurs
    Discuter de ce que tu ressens est essentiel afin que tes collègues et responsables te comprennent. Nous ne naissons pas avec le manuel d’utilisation de nos collègues, malheureusement. Et certaines personnes ont du mal à lire entre les lignes.
    Je sais que l’on aimerait que la reconnaissance arrive toute seule, mais tout comme pour l’augmentation, il faut parfois réclamer son dû pour l’obtenir.
    Alors n’hésite pas à faire part de ton mal-être à tes supérieurs : dis-leur que tu as besoin de reconnaissance, de félicitations, pour évoluer dans ton travail correctement.

 

La discussion avec ses supérieurs fonctionne pour tout. Bien souvent, le manque de communication nous enferme dans une situation tendue, alors qu’il suffirait de s’exprimer pour résoudre les conflits.

Une fois que tu auras fait le point sur les possibilités de faire évoluer ta situation en interne, ou non, tu sauras plus précisément s’il faut que tu quittes ton emploi ou pas.

Si malgré tes efforts, tu te sens toujours mal à l’aise, il est temps de concevoir ton projet d’évasion.

 

Concevoir son projet précis avant de tout quitter

Avant de déposer sa démission, ou de demander une rupture conventionnelle, il convient de préparer sa sortie avec sagesse, si l’on ne veut pas se retrouver à patauger dans la semoule par la suite.

D’ailleurs, il y a certaines actions qui nécessiteront d’être toujours salarié·e pour les effectuer, et tu me remercieras de t’y avoir fait penser avant qu’il ne soit trop tard 😉 Je pense notamment aux formations, ou au bilan de compétences, que tu peux réclamer plus aisément en tant que salarié·e, grâce à ton OPCA de branche.

Tout d’abord, afin de t’aider à concevoir le plus précisément possible ton projet, je t’invite vivement à partager. Tu auras besoin de poser des mots tout haut, et d’échanger éventuellement avec des personnes qui te connaissent, ou qui connaissent ta situation, afin d’y voir le plus clair possible. Tu peux partager : avec tes amis, avec un·e coach, avec l’Inspection du Travail, avec un organisme…

Tu veux juste quitter ton entreprise, car tu aimes toujours ton métier et le salariat

Avant de quitter ton entreprise, il te faudra te renseigner sur les conditions de départ. Tu as un préavis à respecter, et parfois, dans la précipitation, tu peux avoir tendance à l’oublier. En cas de rupture conventionnelle, il y a un délai de réflexion à respecter, puis un délai d’instruction, puis un préavis… Ça peut être long (30 à 45 jours), mais il faut s’y préparer.

Une fois que tu connais les modalités de ton départ, il faut te concentrer sur ton projet futur afin de te préparer au mieux pour tes futurs entretiens. Faire face à un recruteur ne s’improvise pas. Si tu ne sais pas ce que tu veux, il y a de fortes chances pour que tu te retrouves avec une nouvelle entreprise qui ne te convient pas.

Avant toute chose, fais donc le point sur ton job idéal. Reprends les 9 éléments qui sont au début de cet article, et classe-les par ordre d’importance. Tu sauras expliquer à ton recruteur les raisons de ton départ (il est tout à fait acceptable de quitter son emploi parce que l’on aimerait avoir de meilleures perspectives d’évolution, mais si le recruteur en face n’a pas mieux à proposer, il vaut mieux le savoir dès le début).

Tu sauras ainsi précisément ce que tu ne veux plus, et ce sur quoi tu seras intransigeant·e. Il n’y a pas que les recruteurs qui ont le droit d’être difficiles. Toi aussi, tu as ton mot à dire. Et crois-moi, tu n’en seras que davantage respecté·e.

Tu veux changer de métier et/ou créer ta propre entreprise

Il est très important de ne pas poser ta démission tant que tu ne sais pas clairement vers quelle nouvelle voie t’orienter. Car c’est dans ce cas précis que tu auras besoin de ton salaire actuel, et de ton statut de salarié, pour effectuer des démarches qui peuvent souvent s’avérer longues.

Ce n’est pas une fois au chômage qu’il faudra t’inquiéter du fait que la nouvelle voie que tu souhaites suivre ne t’apportera aucun revenu avant 3 ans. C’est une chose à laquelle il faut réfléchir en amont. Et pour cela, il faut avoir un projet précis.

○ Tu sais que tu veux changer de métier, et tu sais ce que tu veux faire : tu devras éventuellement suivre une formation (de quelques heures à quelques années).

○ Tu sais que tu veux changer de métier, mais tu ne sais absolument pas par quoi le remplacer : tu vas devoir te poser les bonnes questions, effectuer un travail sur toi-même, rencontrer du monde, effectuer un bilan de compétences… cela peut prendre énormément de temps.

○ Tu sais que tu veux créer ton entreprise : tu as besoin de rencontrer énormément de partenaires afin de mettre ton projet sur pied, même s’il s’agit d’un projet tout simple. On ne pense pas à toutes les démarches qu’il faut effectuer pour créer une entreprise rentable.

Quoi qu’il en soit, tu auras besoin d’être accompagné·e. Voici quelques pistes :

  • Fais appel à un·e coach
  • Contacte CAP Emploi si tu es travailleure·e handicapé·e
  • Contacte l’APEC si tu es cadre ou si tu as fait des études supérieures
  • Contacte l’AFPA pour t’aider à choisir une voie
  • Contacte la Mission Locale si tu as moins de 26 ans
  • Contacte la CCI ou la CMA si tu souhaites créer ton entreprise
  • Contacte un organisme tel que BGE Gestion si tu souhaites créer ton entreprise

 

Passer à l’action

Une fois que ton projet précis sera conçu, il te faudra passer à l’action.

Tu devras également passer à l’action si tu souhaites finalement rester dans ton job actuel.

Pour cela, je te donne une petite astuce d’accompagnante. Respecte le cercle de l’action :

Analyser ► Décider ► Agir ► Analyser ► Décider ► AgirAnalyser ► Décider ► Agir

 


Cet article est un très court résumé du Facebook Live qui a eu lieu sur le groupe J’apprends à m’aimer le mardi 30 janvier 2018.

Pour avoir encore plus d’informations précieuses, tu peux retrouver ce live ici :

★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★
 

Cet article t’a plu ? Rejoins-moi sur les réseaux sociaux :
>> Facebook • Instagram • Twitter <<

Elina
 

PROGRAMME ESTIME DE SOI

21 jours d’exercices pratiques pour enfin te sentir bien dans ta peau.

Et si tu n’avais plus à être malheureux·se ?

JE VEUX GOÛTER AU BONHEUR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *