Découverte folle

Faire du tri pour se libérer l’esprit

Je démarre cet article en ne sachant pas quoi écrire. Je n’ai que le titre. Il m’est venu le plus naturellement du monde.

En fait, j’ai encore l’esprit lourd, parce que je n’ai pas terminé mon tri. Mais il est bien entamé et quand j’ai vu ma boîte mail s’alléger hier, j’étais trooooop heureuse.

De quoi je te parle ?

Hier, j’avais prévu de travailler sur une nouvelle idée de programme ou de défi, je ne savais pas trop encore. Et puis j’ai vu cette boîte mail qui débordait, que je n’avais pas triée depuis plusieurs mois, avec des mails mis de côté, à lire « quand j’aurai le temps ». Sauf que je ne prends jamais le temps, et les tâches s’accumulent.

Alors j’ai décidé de focaliser mon attention sur un tri drastique de ma boîte mail. Lire tout ce que j’ai à lire, suivre les formations auxquelles je me suis inscrites, supprimer ce qui est finalement inutile, me désabonner de ce que je n’aime plus…

Et c’est comme ça que, petit à petit, tout au long de la journée, je suis passée d’une bonne grosse centaine d’e-mails en attente à 12. Dont certains vont d’ailleurs disparaître très vite parce que je me suis noté comme tâche de les accomplir cette semaine.

Et… ça fait un bien fou !!!

Je me sens beaucoup plus légère, j’ai l’esprit libre pour m’occuper d’autres choses, j’ai d’ailleurs eu plein d’idées pour de futurs programmes, défis et articles au fur et à mesure que je vidais ma boîte mail.

Un pur bonheur

Alors j’ai décidé de ne pas m’arrêter là. J’ai un dossier rempli de « à voir plus tard » sur mon ordinateur. Je vais le trier aujourd’hui. Et puis idem sur Facebook, tu sais qu’on peut enregistrer des choses pour les voir plus tard ? Eh bien cet été j’en ai mis beaucoup trop en attente.

Lorsque je fais ça, j’ai pour optique de venir voir mes enregistrements dans la semaine. Sauf que je ne prends pas le temps, et les enregistrements s’accumulent. Me laissant avec une sensation de débordement. Et là, le stress prend le dessus sur la sérénité. Et pourtant, j’adore la sérénité.

Alors pour être plus sereine, pour retrouver mon zen, je sais ce qu’il faut que je fasse : faire le tri !

Je suis une pro pour faire du tri. Je fais ça souvent, dans de nombreux domaines :

 Je trie mes e-mails : plusieurs fois par an (mais je devrais le faire tous les mois quand je vois le bien que ça m’apporte)

 Je trie mes dossiers sur ordinateur : plusieurs fois par an

 Je trie mes photos que je range dans des dossiers : une fois par mois en moyenne

 Je trie mon entourage : j’espère ne plus rien avoir à trier, mais sinon je faisais ça une fois par an minimum avant

 Je trie mes placards : à chaque fois que je déménage, soit en moyenne une fois tous les 9 mois (je n’ai pas prévu de redéménager, et ça va faire bientôt un an que j’ai déménagé pour la dernière fois, il va donc falloir que je commence à trier sans raison : pourquoi pas tous les 6 mois en guise de ménage de printemps et d’automne ?)

 Bref : je trie…

Et à chaque fois, ça me libère d’un poids gigantesque.

Pourquoi le tri me libère ?

Les choses sont rangées, je sais que chaque chose est à sa place, je connais mon « inventaire ».

Je pense que c’est pour cela que je me sens libérée. Parce que je n’ai pas un brouhaha qui remplit mon cerveau. Lorsque je regarde à un endroit, je sais exactement quoi y trouver, et où précisément.

► Je ne regarde pas ma penderie pendant 5 minutes en me demandant ce que je vais bien pouvoir me mettre : je sais ce que j’ai à me mettre.

► Je ne regarde pas ma boîte mail en me demandant quand je vais avoir le temps de rattraper mon retard de lecture : je sais ce que j’ai à faire, et je l’ai planifié dans mon agenda.

J’adore l’organisation. Ça fait un bien fou.

Et toi, qu’est-ce que tu en penses ? T’arrives-t-il de trier ? Comment t’organises-tu pour t’alléger l’esprit ?

★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★ ★
 

Cet article t’a plu ? Rejoins-moi sur les réseaux sociaux :
>> Facebook • Instagram • Twitter <<

Elina
 

PROGRAMME ESTIME DE SOI

21 jours d’exercices pratiques pour enfin te sentir bien dans ta peau.

Et si tu n’avais plus à être malheureux·se ?

JE VEUX GOÛTER AU BONHEUR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *